oniva.ch

Traversée de l'Atlantique, journal de bord (déc. 2012)

Voici le journal de notre traversée que nous avons tranmis par le téléphone satellite à notre cher ami Marc qui a eu l'idée et la sympathie de le mettre en ligne au jour le jour durant toute notre traversée, rassurant ainsi et intéressant nos familles et amis. Marc on te dit un GRAND MERCI!!!

Les photos sont sur la prochaine rubrique.

Position du 18.12.12 à 11h17 UTC: 16.895050 -26.450833 soit environ 100 miles à l'ouest du Cap Vert.

NEWS : On est parti de Mindelo le 17.12.12 à 15h00 avec des coups de trompettes pour dire au revoir à tout le monde! L'air à 25°C et l'eau 25.2°C. Il fait grand beau. On ne voit que du bleu ciel et du bleu foncé, mais pas le moindre petit nuage. Alizé NE de 15nds et houle de 1-1.5m. Le parasailor est déployé et fonctionne bien. Vitesse de fond de 6.4nds. Nickel... L'équipage est tout joyeux et en forme. H.

Position du 19.12.12 17h30 UTC : 16°20'847N et 29°20'597W, vitesse dernières 32 heures: 6Nds, distance parcourue dernier jour: 172 miles, distance aux Antilles: 1740 miles.

NEWS par internet: ça y est la première dorade coryphène (ndlr : mahi mahi) a été pêchée et pour de bon, mise en marinade et le reste en sachet au frigo. 80cm pour 2,2kg! pas mal pour une première. On n'a pas vu de bateau aujourd'hui, la vhf est totalement silencieuse et le radar aussi. Hier soir, on a vu un pétrolier à 4 miles de 940 pieds et hier matin on a dépassé un voilier qui était parti de Mindelo quelques heures avant nous. Maintenant on ne voit plus que du bleu ciel, du bleu foncé et des petits moutons blancs. Hier, on a vu deux fois des groupes de 10 à 12 dauphins, chaque fois pendant plus d'une demi-heure. Une aigrette blanche en migration est venue se reposer sur le bateau pendant 10 minutes ainsi qu'une hirondelle! TVB et les journées nous semblent passer à toute vitesse...heureusement, on verra pour la suite. Eau 26.3°C air 25.5°C Alizé de 13 nds, houle de 1m. Delphine

Position du 20.12.12 12h13 UTC 15.660683 -31.209000, 372miles, 18% de la traversée.

Les NEWS:La dorade de hier était succulente! En marinade "à la Betty-Bossy" made by Delphine. Excellent. Eh! Cette nuit: entre 21h00 et 03h00: entre 15 et 20 nds de vent: donc entre 6 et 9 nds de vitesse avec une pointe à 11! En plus, la lune était de la partie durant mon quart. Que demande le peuple? A demain, je pars pêcher! Huaras

clic ici pour vue sur googlemaps

Position du 21.12 11h55 UTC 15.195583 -33.521216, 138 miles en 24 heures, 511 miles du Cap Vert (encore 1500 aux Antilles)

NEWS La dorade était délicieuse!!! Le barracuda de hier en fin d'après-midi le promet aussi!!!! Et oui, un joli (petit: 1kg, 62 cm) barracuda s'est fait prendre en fin de journée d'hier. Le pied. J'étais un peu frustré car 30 minutes avant, j'ai raté une autre dorade qui semblait bien lourde. Bref: j'ai fileté le barracuda et on va se le faire pur (sel/poivre/citron) pour goûter sa chair, pour une première fois. La dorade, on se l'est faite dans une bonne marinade et en tranche. Exquise. On kill soft: panosse sur la tête et rhum dans les branchies. En 3 minutes d'immobilisme les bêtes sont prêtes. Nils l'aîné n'apprécie pas trop et se retire. Tim adore. En fait, il a failli recevoir le barracuda sur la figure lorsque je l'ai sorti de l'eau... et a beaucoup apprécié. Les deux espèces ont été attrapées par le même type d'appât, soit un petit poulpe couleurs disco en véritable plastique-silicone made in China. En fait, même les poissons pris en Espagne l'étaient déjà avec ce genre de truc. Pour l'instant, les rapala et autres gadgets n'ont pas marché.

Les quarts se passent bien. C'est cool d'être à trois. Delphine fait jusqu'à minuit, Yann ou moi jusqu'à 3 ou 4 heures et elle est belle. Avec ce temps d'alizés, c'est vraiment cool. La lune en plus. C'est du beurre. On est gentillement fatigués mais pas trop. Le problème principal réside dans le fait qu'avec les enfants, c'est difficile de se reposer en journée... En fait, les enfants se plaisent bien. Pas de problème pour eux. La routine.

La bouffe est bonne et variée jusqu'ici. ça va changer car les vivres frais vont être bientôt terminés. On va passer au congelé et aux conserves. Toutefois, on a tellement de trucs dans les fonds qu'il n'y a pas de soucis. On va en ramener la moitié car on a pris une marge d'enfer. Vu la moyenne qui, sans doute, va se maintenir, on va ouvrir une épicerie en Martinique!

La voile est du temps: Parasailor. Depuis 4 jours. Très peu de réglages de jour comme de nuit. Il faut juste ajuster les petits changements de direction du vent. Trade winds, I love you. Si ça tourne plus au Nord, on finira avec la gran-voile et le gennaker. Pour l'instant, c'est d'un confort et d'une stabilité réellement incroyables. Sans doute, rien à voir avec un Pogo! C'est FuFu (pilote Fururo) qui navigue. Et tranquille pour l'instant. Très peu de force sur les safrans, vent dans le dos oblige. On se garde le copain, RayRay (pilote de réserve hydraulique aussi que l'on s'est fait installer par sécurité) en réserve pour les cas de casse. Pour l'instant pas de soucis.

Pas de soucis non plus de côté du dessal. Voici la théorie: Comme j'ai deux réservoirs commutables, je garde le tribord avec l'eau du dessalinisateur pour son rinçage. Je le remplis avec suffisamment d'eau pour rincer la bête et avoir une réserve d'environ 50 lt à commuter à babord lors de nécessité. Je remplis aussi un réservoir externe de 35 litres lavable avec l'eau que nous voulons boire que nous transvasons petit à petit dans des bouteilles. Lorsque le réservoir babord est vide, je tourne la vanne et fait vase communiquant avec celui de tribord qui lui file la moitié de son jus. Après, je fais tourner le dessal et rempli le ou les réservoirs selon les nécessités. En pratique: Il y a deux jours, j'ai voulu faire pas mal d'eau tôt le matin pour espérer que les panneaux auraient le temps de me remplir les batteries. Raté: le temps était à moitié couvert et, de plus, dès 11h00, le parasailor me fait de l'ombre... Donc, on est obligé de faire tourner Mühleberg (notre groupe de 9 (sic!) kw) 1 ou deux heures par jour. Faut dire qu'avec le pilote, le radar des fois, le frigo, le congel, le dessal, les jouets, la yaourtière (!) etc... la conso est incroyable! Les panneaux suffisent amplement au mouillage et sans le congel, mais en navigue, c’est pas assez. H

Position du 22.12 11h49 UTC 15.119683 -35.465099 miles:116 en 24h, 627 du Cap-vert, 1372 aux Antilles, 31% du parcours.

NEWS: On va à 4 nds seulement, mais c'est la bonne vitesse pour pêcher. Hier, on a pêché un petit thon, qu'on a remis à l'eau car trop petit. Puis, 2 dorades coryphènes, mais une s'est de nouveau décrochée de son hameçon et l'autre on l'a mise au congélateur car on n'arrive plus à suivre avec tous ces poissons! Le barracuda était succulent, une chair encore plus fine que la dorade. Tim en a mangé et a bien aimé. Il disait que c'était la castagnole, son poisson préféré!

Huaras et Yann se sont baignés en se laissant tirer par une corde derrière le bateau. Huaras a même plongé deux fois du bateau en se rattrapant ensuite à la corde, tout ceci avec plus de 5000 mètres de profondeur sous les pieds. Les enfants vont très bien, sont assez sages, très occupés à se raconter tout plein d'histoires de pêche et de pirates, mais ils ne mangent pas beaucoup... mon soucis perpétuel!

On a décoré le sapin de Noël et fait des guirlandes avec des découpages de Pères Noël et de petits sapins. C'est magnifique, mais c'est inhabituel à 27°C de température air comme eau! Cet après-midi, on va mettre la petite piscine en plastique sur le pont, car il commence vraiment à faire chaud. D

Carte meteo du 22dec2012

Position sur googlemaps

Position du 23.12.12 12h00 UTC 15.12 -37.6 , Miles:128 en 24h,5.34 nds, du Cap Vert 756mi, aux Antilles 1243mi, transat completée:37% .

NEWS : On se reçoit la houle du nord prévue. Entre 2 et 3 mètres. Assez impressionnante mais elle ne nous gène pas car la période est grande. De jolies petites collines. On a vu les dépressions au nord... L'Atlantique nord en hiver, c'est pas de la tarte. On attend donc les vagues dans quelques jours assez sereinement. Le vent est retourné à 10-15 et va sans doute forcir comme prévu à 15-20. J'espère juste que l'on pourra garder le parasailor que l'on n'a changé depuis le départ. C'est d'un tel confort que si on retourne à la gd-voile, il va falloir lofer et prendre plus de miles sous la quille.

Eh, savez quoi? On a deux cartes papier! Oui, un truc comme au siècle passé. On peut y tracer les traits à la règle et plein de choses comme ça. En fait, celle de l'Atlantique est bien utile pour visualiser notre progression sur une petite échelle et montrer aux enfants la route qu'il reste à faire. Avec cette carte, on peut utiliser les point gps que l'on veut, soit celui du gp 32 à la table à carte (bon gros gps fiable et fixe), soit les coordonnées données par le téléphone Iridium (au mètre près), soit utiliser un de nos autres gps du bord.

Un dernier truc: notre groupe MASE de 9 kw est en panne. Plus de refroidissement. On va tenter de régler le problème aujourd'hui. Pas capital car l'alternateur du moteur tribord peut remplir les batteries très bien. Toutefois, avec cette conso de ouf (congel; frigo; pilot; lumières; ordis et systèmes etc...) les panneaux ne suffisent pas. Quelques nuages en permanence, en plus.

Le jacuzzi de 6000m est le pied. J'espère juste que notre fin du monde ne sera pas un grand blanc!

Complément par Delphine: Hier c'était si calme que j'ai pu faire des yaourts dans la yaourtière à laisser chauffer pendant 12 heures, bien à plat ainsi que du pain. Contrairement à ce matin où une houle de 2-3mètres du N s'est levée.

24dec2012 13h13 UTC (est) 15.0, -40.0

NEWS La grande houle du nord est assez impressionnante, surtout dans la nuit avec la lune mais elle ne nous gène pas trop, sa période étant grande. C'est comme de petites collines qu'il faut gravir avec ONIVA. Assez sympa, en fait. Aujourd'hui, tout est prêt pour le père Noël mais je ne pense pas qu'il viendra, car les enfants n'ont pas été assez sages hier. On verra demain. Le bateau est prêt pour sa venue, mais on va attendre encore quelques heures.

Ce matin: c'est lessive car Nils a mouillé son lit (et celui de Tim). C'est assez compliqué. Il faut de l'eau (45 lts par machine), de l'électricité (220V), du temps (1 heure) puis ce qui faut pour le séchage avant les 4-5 heures de l'après-midi et le début de l'arrivée de l'humidité ambiante. Donc, on fait tourner la génératrice pour l'occasion et la journée sera laborieuse. En fait de génératrice, on a eu une panne hier. La turbine en plastique (impeller) en bout de pompe à eau était cassée. Démontage, remplacement, cela nous a occupés une demi-journée. On avait la pièce de rechange à bord. Le bol! Heureusement que nous sommes sur un catamaran car sur un monocoque qui roulerait en permanence, ce serait une autre paire de manches de faire de la mécanique au milieu de l'Atlantique.

Nouveau barracuda au frigo! 1 kg et 60 cm. Excellent! Deux ont mordu en même temps (trois lignes à l'eau) mais un a eu la bonne idée d'aller voir ailleurs après quelques minutes d'inattention de notre part. A bientôt et joyeux Noël

25dec2012 11h38 UTC 15.040066 -43.016883, 181mi en 24h, 1081mi du cap vert, 918mi aux Antilles

NEWS Pour la première fois depuis une semaine, on a touché au Parasailor! Trop de vent. Les gribs prévoyaient 15 nds et on a eu 26. De bonnes longues minutes à plus de 24. Alors, avant qu'une partie de l'équipage n'aille dormir, on a descendu la bête. Faut dire que le bateau avançait bien. Tout le temps à 7 -8 nds, souvent à 10 et une pointe à 13! Un peu trop pour dormir tranquille, surtout que la mer commençait à se réveiller. On a déroulé le génois seul (45 m2) et c'était la bonne décision. La bateau avance encore maintenant entre 5 et 6 nds sans heurt. Je pense que l'on pourra renvoyer l'engin ce matin car les conditions deviennent plus maniables pour un spi.

C'est fou ce que ça pêche bien dans les parages. Les barracudas sont excellents. On a pêché le dernier avec un truc chevelu orange fluo armé de deux gros hameçons. Vraiment gros! Heureusement que c'est un petit qui voulut y goûter en premier et non son gros papa. Je pense que cet appât doit suffire pour un poisson d'un mètre ou plus. Eh! Le père Noël a trouvé le bateau. C'est incroyable de savoir le gars équipé d'un système gps perfectionné et d'un traîneau amphibie.

clic ici pour googlemap

Position du 26.12 à 12h55 UTC 15.03 -45.6 , 154mi en 24h, 6.7nds, 875mi aux Antilles, au 58% du parcours

NEWS de Delphine: Hé oui le père Noël a finalement trouvé le bateau, les enfants étaient ravis de recevoir une boîte de crayons de couleurs toute neuve, car ils avaient tellement utilisé les anciens. En plus, le Père Noël avait laissé 4 poissons volants dans le cockpit et sur le pont! Dommage qu'on n'ait pas un chat à bord, il s'en délecterait!

NEWS de Huaras: Oui, c'est le Père Noël qui nous a poussés. Sous génois seul, on s'est fait une nuit à 6 nds sans problème... Maintenant, on a relancé le Parasailor depuis hier matin. Le vent se maintient incroyablement à 13-15 nds dans le bon sens. C'est assez fou ces truc alizés. Christophe Colomb avait bien raison d'aller voir dans cette direction. Il y a plus qu'à se laisser glisser.On prévoyait peut-être une halte en Barbade mais on a changé d'avis. La petite famille de Yann nous attendant en Martinique et ayant loué une villa jusqu'au 5, nous y allons directement. On se réjouit énormément. Au fait, on a une bonne routine tous les 6. Les activités sont nombreuses et variées. Exemple: j'ai passé une bonne partie de la matinée du 25 a débouché les toilettes babord. Nouveau pour moi d'être la tête quasi à l'envers à déboulonner le siège dans une houle de 2-3 mêtre croisée dans 15 nds de vent. "C'est de la plaisance", qu'ils disaient!

Position du 27.12 à 13h30 UTC 15°00'988 N et 47°54'702 W 15.02 -47.91 , 139mi/24h, 6nds, 65% de la traversée

NEWS Hier en fin de journée, "comme d'habitude" on pourrait presque commencer à dire, après 10 jours de navigation, juste après le goûter et la sieste on a pêché une dorade coryphène de 2kg et de 75cm avec un hameçon chevelu orange sensé représenter un calamar et comportant deux gros crochets. Cet hameçon fonctionne bien puisque la veille il nous avait rapporté un barracuda. les autres hameçons qui marchent bien, sont des sortes de petits calamars fluos de toutes les couleurs venant du Japon. Sur l'autre ligne, il y avait quelque chose aussi mais qui a cassé la ligne et pris l'hameçon avec.

Cette nuit Huaras a fait une rencontre insolite à 01h15 du matin, il a croisé à 0.4 mile un schooner de 30 mètres le "Tres Hombres", c'est un vieux gréement style "bateau de pirate" qui était parti 4 jours avant nous de Mindelo. Il lui a parlé à la radio, ils ont passé à 500m. de nous! Ce schooner navigue continuellement depuis plusieurs années en faisant du commerce équitable: ils ont chargé du porto (très bon d'ailleurs) au Portugal et l'amènent aux Antilles où ils le vendent et d'où ils ramènent du rhum qu'ils font vieillir en tonneaux et des fruits exotiques qu'ils revendent en Europe. Comme à la belle époque. Ce commerce étant quelques fois aléatoire, ils ont à bord quelques passagers payants (10'000 Euros pour une année à bord) qui passent quelques mois ou plus avec l'équipage afin de renflouer la caisse du bord.

En ce moment il y a la pleine lune presque toute la nuit et les navigations de nuit sont superbes. Je me suis baignée dans l'océan avec Nils, c'était impressionnant de savoir qu'on avait plusieurs milliers de mètres sous nos pieds. Tim et Estelle eux sont restés crochés à l'échelle car ils avaient un peu peur. Pour cela on avait baissé les voiles du bateau et seule la longue houle de l'Atlantique nous faisait bouger.  Mais ce facétieux de Tim n'a rien trouvé de plus marrant que de défaire la corde qui me reliait au bateau. Alors là pour le rattraper j'ai fait le crawl le plus rapide de ma vie, en tenant encore dans la main le bout qui me reliait au bateau, légère montée d'adrénaline!!!

Ce matin, Nils fait bien l'école et les enfants sont sages, tout occupés à jouer avec leurs cadeaux. Il fait plus chaud, la nuit au plus froid du petit matin il fait 24.8°C et le jour ça monte à 29°C. L'eau a 28.6°C. C'est incroyable! Mais étonnamment il fait assez sec, environ 55% d'humidité ce qui rend la chaleur très supportable. On va de nouveau devoir reculer nos montres d'une heure, bien qu'on n'en porte plus depuis longtemps, car on traverse en ligne droite les fuseaux horaires tâchant de suivre le 15ème parallèle. Les enfants sont vraiment un bon indicateur pour le changement de fuseau, car Tim se réveille toujours avec le soleil et Estelle et Nils régulièrement une heure plus tard. Mettre le lever du soleil sur 7h00 nous convient bien. Alors on dira que Tim est un peu notre horloge du bord! Delphine

Position du 28.12.12 13h00 UTC 15°00'203N et 50°30'588W 15 -50.51, 6.8nds, encore 581 mi aux antilles

NEWS Ici, ça va à toute vitesse, 20nds de vents depuis le milieu de la nuit, si bien qu'on a dû faire une manoeuvre à 2h00 du mat en remettant le gènois au lieu du parasailor, on en n'avait plus fait depuis de nombreux jours. La suite s'annonce toujours aussi soutenue, mais cela ne nous empêche pas d'avoir déjà fait le pain ce matin, puis l'école pendant que Yann, notre équipier, finit sa nuit. Les enfants sont beaucoup plus faciles que les premiers jours, ils se sont bien habitués et ont beaucoup d'imagination pour faire toute sorte de jeux, de chasse au trésor, etc... Ouf! Cela nous permet de nous reposer un peu.

Huaras a vu le "Tres Hombres", à la jumelle avec la pleine lune, car depuis plusieurs jours nous avons éteint le radar, car on ne croise personne et la lune éclaire tellement durant quasiment toute la nuit qu'on trouve que cela suffit. Nous devons faire attention à la consommation électrique car le congélateur est encore allumé à cause du surplus des poissons que nous avons pêché. Mais, d'ici 1 ou 2 jours il faudra rallumer le radar la nuit car on va s'approcher des terres.

C'est des lignes de 16 et 25kg que nous employons pour pêcher, mais celle de 16kg casse souvent! On a encore plein de citrons, de bananes, de poires, de pommes, d'oignons et de choux pour le frais. Je crois qu'on entamera à peine les nombreuses boîtes de conserves qu'on a embarquées, car on avait pris beaucoup de produits frais. Fruits et légumes, rincés au vinaigre blanc, se conservent apparemment longtemps.

clic ici pour googlemaps

Position du 29.12.12 13h30 UTC 14°50'711N et 53°15'429W 14.85 -53.26 , 165mi, 6.9nds, à 80% du but

NEWS Cette nuit, avec un alizé gonflé aux hormones de croissance, j'ai fais du 8 nds de moyenne avec le Pararailor tenu entre 18 et 20 nds. On a affalé à 6 heures et finit la nuit, comme hier, sous génois seul pour plus de confort, la houle s'étant levée. Le parasailor est LA voile à avoir pour les alizés. On l'a hissée voici deux semaines et on va la descendre dans quatre jours, ou presque... Oui, le bateau tient. J'en suis le premier étonné. ça slamme selon la houle rencontrée, mais nos copains arrivés dernièrement en face avec leurs monos ont bien compris que rouler dans les alizés n'est pas une légende urbaine! Difficile. Donc, le dilemme du navigateur lambda est simple: rouler ou slammer. Nous, sur Oniva préférons se faire slammer et rester à plat. Rien de tel que manger un bon repas dans la table monstrueuse du cokpit à regarder les sillages tracés par les deux coques à plus de 8-9 nds. Impayable.

Je règle les freins des cannes de façon à ne pas pêter le fil et que le bruit nous renseigne sur la visite du poisson du jour. Quand ça fait "zzzippppppp...", on fait chauffer la poële! Dieu que le Barracuda est bon.

googlemaps

Position du 30.12.12 14h00 UTC 14°45'495N et 55°42'556W 14.758 -55.71, 6.1nds, 147mi/24h, 309mi aux Antilles

NEWS On a pêché avec un rapala un thon de 2.5kg et 58cm hier mais on a dû le rejeter à l'eau car il avait des petits vers blancs dans sa chair, et qu'un surplus de protéines pour le souper ne nous disait pas trop! Dommage! On a remonté le spi. On file à 6 - 7 nds. On verra dans 2 jours l'ETA. On va au Marin. Au mouillage de Ste-Anne, pour être exact. C'est devant la baie. Il y a de la place, beaucoup de bateaux au mouillage sans doute, mais la baie est grande et avec un ciel de pleine lune ça devrait le faire. On connaît car nous sommes déjà venus voici 2 ans. Si on pouvait se baigner avant d'aller dormir une nuit complète au mouillage, ce serait le top!

Position du 31.12.12 14h UTC 14 40 46 N 57 59 20 W 14.678 -57.988 , 5.7nds, encore 170mi aux Antilles

NEWS Averses diverses et éparses durant la nuit dès 01h00 = rafales de partout et n'importe quoi. Donc: on affale et on continue au moteur depuis 06h00 ce matin. L'avantage c'est que j'ai pu remplir une bonne partie de nos réservoirs grâce au dessalinisateur. Courant de l'alternateur oblige. Le côté négatif c'est que les alizés ont mis les bouts. C'est encore assez nuageux avec quelques averses de ci de là. Pas de vent. Le genre pot-au-noir. Seul problème, il nous reste encore 170 miles à parcourir. J'aimerais bien revoir du vent. Sans ça, on arrive le 2. L'aspect positif, c'est que le bateau est dessalé. Moi qui voulais le nettoyer ce matin, c'est fait! Reste l'intérieur, planchers et cales. Pour ces derniers, je ne vais pas compter sur une averse et les nettoyer moi-même...

Si on arrive en Martinique dans ces conditions, à savoir sans casse et bateau propre en ordre, c'est le pied.Le mouillage de Ste-Anne est souvent rempli mais la baie est ouverte et grande. En cata, on se met derrière tout le monde et on roupille pour commencer. Le lendemain, on verra comment s'exciter... douanes, courses, famille de Yann, bière fraîche et tutti quanti. Les petits vont très bien. Seul Nils (le grand) nous a demandé une fois quand est-ce que l'on arrive. Les deux petits boivent leur lait, jouent aux Lego, désobéissent souvent, font des coloriages et vivent leurs vies de petits hommes / femmes sans souci aucun. Incroyable. Le plus beau moment: la traversée sous la lune durant les deux semaines. Des souvenirs pour la vie. 8, 9 ou même 10 nds de surfs sous une lune incroyable. Ca ne s'oublie pas.

Delphine: On boira à ta santé Marc, ce soir lors de notre dernière nuit. Tout va bien et maintenant on voit la fin. Les enfants sont très sages et se réjouissent de faire bientôt des châteaux de sables. Nous, on se réjouit
de pouvoir dormir un peu plus sans mouvements et bruits des vagues
continuels.

Les meilleurs moments de la traversée étaient aussi lorsque les enfants
éclataient de joie et trépignaient d'excitation lorsqu'on ramenait un
poisson à bord. Chacun y allait de sa supposition en disant: c'est sûrement une castagnole, non c'est un thon rouge, moi je dis que c'est un maquereau...ou plutôt un requin-renard!!! Les paris étaient ouverts et l'excitation à son comble.

Un autre moment que je n'oublierai pas est, après trois jours de mer, une
dizaine de dauphins ont nagé devant notre étrave pendant environ 1/2
heure; j'ai pris alors ma flûte alto et leur ai joué des morceaux et un
dauphin est venu le long du bateau à ma hauteur et s'est penché sur le côté
en me regardant pendant plusieurs minutes. C'était magique, comme si il
appréciait!

Position du 1.1.13 15h UTC 14.534 -60.890 (15h00 UTC) (15h00 UTC) Position 14 24 720 60 53 376

NEWS Tout d'abord BONNE ANNEE !!! On est bien arrivé en Martinique vers les 12 heures locales aujourd'hui. Gaby, l'épouse de notre équipier, nous attendait sur une plage avec ses 2 filles et nous avons mangé ensemble. Yann reste avec sa famille à l'hôtel 4 jours et tout ce petit monde viendra à bord pour deux semaines supplémentaires de vacances. On pense faire le tour de l'île et visiter tous les beaux mouillages. On est assez fatigué et allons sans doute bien dormir ici à la Pointe Catherine, entre la plage des Salines et le mouillage de Ste-Anne. On ira demain au Marin pour faire les formalités d'entrée, des courses, voir des bato-copains et manger une glace. Après, mouillage et baignades. Baignades. Baignades. Whouuuuuu! Ste- Lucie est bien visible au large. On a vu aussi La Dominique en arrivant. Les six mois dans ces parages s'annoncent bien... On est arrivé! Youpie!!! On n'a pas encore bien réalisé!!! H.

googlemap

2 janvier: le lendemain de l'arrivée après 15 jours de traversée:

Nous, on se remet tranquillement de la fatigue de la traversée. Ce qui nous fait le plus drôle c'est le silence, plus de bruit des vagues...plus de mouvements, on a tendance à vaciller un peu. Oui! A défaut d'avoir eu le mal de mer, eh! bien on a un peu le mal de terre. L'autre chose qui est étrange aussi est la diversité des choses que l'on voit. Tout bouge à terre, il y a un nombre incroyable de stimulations visuelles, odorantes et auditives qui nous donne une impression de trop, de frénésie...qu'on en a un peu le tourni et qu'on ne sait pas par où commencer et que faire? Finalement on aurait pu encore facilement continuer à  ce rythme une semaine, sans problème tellement qu'on s'était habitué à ce rythme du vent, de la houle, de cette petite routine, de notre petit microcosme, notre cocon dans lequel il nous semblait que rien ne pouvait nous arriver. D.

2012 déc Traversée de l'Atlantique (journal)
© 2017