oniva.ch

Dominique et Guadeloupe (février 2013)

                   

Après le carnaval en Martinique, nous mettons le cap au nord en direction de la Dominique, petit état indépendant anglophone peu développé touristiquement, montagneux, volcanique et à la nature très sauvage. Nous n'y passerons que 3 jours ne voulant pas nous tracasser avec des formalités d'entrée (clearance). La végétation est très dense et le relief escarpé, ne laissant découvrir que quelques plages de sable noir volcanique.

 

Rupert Bay et la petite ville de Portsmouth avec les épaves restantes du dernier ouragan. A de nombreuses occasions nous verrons des épaves de toutes tailles, dans les diverses îles visitées, échouées sur des récifs ou le long des côtes. Signe que le climat n'est pas toujours aussi clément. Dans cette baie, les guides régionaux se sont maintenant organisés en patrouille nocturne pour sécuriser ce mouillage, car par le passé les plaisanciers y ont connus trop de mésaventures. Ainsi les bateaux de passage reviennent et les guides locaux retrouvent du travail, finalement tout le monde est gagnant!

 

Petite excursion en barque à rame sur la rivière indienne, qui a un petit air d'Amazonie et qui est bordée de Palétuvier "mangle-rivière" aux racines et enchevêtrements spectaculaires. De nombreux lézards et geckos de toute sorte grimpent le long des troncs.

 

Estelle en grande conversation avec un guide rasta qui lui fabrique avec des palmes et des roseaux de jolis petits poissons et oiseaux. Elle est très intéressé par ce monsieur "qui a un joli chapeau et des drôles de cheveux"! Au cours de ces derniers mois, elle a bien perdu sa timidité envers les inconnus et n'hésite plus à leur raconter ce qu'elle fait par ici et comment elle s'appelle.

                                 

On poursuit la navigation vers le petit archipel des Saintes, au sud de la Guadeloupe, où il fait très bon vivre. C'est paisible, sûr, calme et les gens sont très accueillants même si c'est assez touristique.

                    

Superbe vue sur la baie où quasiment chaque jour de la semaine passée ici, une maman dauphin et son petit joueront, plongeront et sauteront durant de longs moments avec les nageurs. Même Tim et Estelle pourront les approcher de près et Nils s'en donnera à coeur-joie de les suivre avec son masque et ses palmes. 

 

Là, on y découvre une mignone petite pharmacie au bord de la plage avec, depuis son laboratoire, une vue imprenable sur toute la baie. Cela donnerait presque envie à Delphine de remetttre sa blouse blanche. Enfin j'ai dit... presque!!! La mairie, elle aussi y est charmante.

 

                                                                 Plage de Pompierre au coucher du soleil.

 

                                                           Un iguane imposant sur les remparts du Fort Napoléon.

 

Plage de Grande Anse.

 

Ilet Cabrit et rencontre insolite avec un potier habitant seul sur cet îlot en face des Saintes, entouré de quelques poules et de chats semi-sauvages. Il initie les enfants des bateaux de passage à la poterie avec de l'argile qu'il trouve à côté de son modeste logis.  

 

 

Joyeux pic-nique sur l'îlet Cabrit avec 4 autres familles rencontrées par hasard dans le Bourg des Saintes (Andanza, Jad, Cata4, Varatraza). Delphine connaissait l'une d'entre elles depuis la France et nous les avions déjà croisé au Cap-Vert. Nous poursuivrons la "route" avec certaines d'entre-elles un mois et plus. Apéros et pic-niques à la clé.

                        

Visite en voiture de location durant trois jours à l'intérieur de la Guadeloupe. Nous sommes émerveillés par la végétation tropicale luxuriante et abondante des forêts de Basse-Terre. Il faut dire que le massif de la Soufrière (le volcan), reçoit entre 10 et 14 mètres de pluies par an!

                    

                           Baignade dans une rivière entourée de fougères géantes.

      

                                                                   

                 

                                                  Cascades et arbres grandioses

 

                    

Pointe des Châteaux à l'extrême est de la Guadeloupe. Vagues impressionnantes où personne n'ose s'aventurer. On se croirait en Bretagne, la chaleur en plus!

 

 

 

On va voir les copains faire un stage de Kite-surf. Mais nous, finalement, on optera plutôt pour l'achat d'une planche à voile. Sport qui nous semble plus accessible (ayant quelques restes de jeunesse) et moins dangereux. Nils étant interessé, on lui achètera aussi un gréement enfant de 1.5m2.

Escale technique à la Marina Bas-du-Fort à Pointe à Pitre. Comme il fait chaud que l'alizé s'essoufle, pendant que les parents bricolent, les enfants jouent dans la piscine gonflable posée sur le pont.

 

A l'îlet Gosier, grandes retrouvailles avec l'équipage de Wennig que nous avions connu à la Gomera (Canaries). Nos enfants sont ravis de se retrouver, les parents aussi. Nous ne resterons que quelques jours ensemble car ils doivent retourner en Martinique.

                

Jad arrive à Petite-Terre (2 îlets au sud de la Guadeloupe) avec à son bord les équipages de Varatraza et Oceanix. Ce dernier bateau est un monocoque dont le trop grand tirant-d'eau l'empêche de venir ancrer dans ce petit coin de paradis. Nous-mêmes n'auront que peu d'eau sous les coques pour passer la nuit. Au rendez-vous à Petite-Terre: barracudas de 1.5m-2m., nombreuses tortues et grandes raies.

 

Bonne compagnie, plage de cocotiers et sable blanc, voilà quelques ingrédients pour un pic-nique réussi. Les enfants sont contents de jouer avec Jean-Camille d'Océanix et tous les autres enfants des autres bateaux.

 

Promenade dans l'îlet sous un soleil brûlant que seuls les lézards antillais savent supporter...

 

 

Eh, oui les tortues sont là-dessous! Nils s'étonne de la grosseur de ce lambis (coquillage) dont les fonds en sont peuplés.

 

Puis voici le temps de poursuivre le chemin vers l'île suivante, Antigua, à 65 miles au nord en compagnie de 3 autres bateaux. Durant cette traversée, nous serons guidés par de nombreux dauphins qui nous feront un beau spectacle en jouant entre les 2 étraves du bateau. La navigation sera variée. Huaras hissera tour-à-tour, grand-voile, gennaker, parasailor pour profiter un maximum des petits airs.

                 

Les enfants sont passionnés par ces sympathiques mammifères qui se plaisent à frôler le bateau de près en poussant leurs petits cris si reconnaissables. Comme baby-sitter on ne fait pas mieux!

 

2013 fév Dominique et Guadeloupe
© 2017