oniva.ch

St-Kitts and Nevis-Montserrat-Guadeloupe (mai 2013)

Depuis l'île de Saba nous avons traversé à nouveau au près et contre la houle en direction de l'île de Statia. Nous ne ferons pas escale, car c'est principalement une étape pour les navires pétroliers qui ravitaillent les grandes citernes visibles de loin.

Le volcan de l'île de Statia.

                        

Halte forcée à l'est de St-Kitt's pour réparer l'enrouleur de génois (voile triangulaire à l'avant du bateau) qui a été malmené par cette navigation peu confortable au près. Huaras fait quelques acrobaties pour revisser quelques vis avant qu'elles ne tombent et que nous ne puissions plus utiliser le génois. Le cadre est charmant avec les champs très verts de canne à sucre sur les contreforts du volcan. 

Pendant ce temps, le doudou-renard "Foxy" de Tim fait aussi des acrobaties et chute dans l'eau! On crie "homme à la mer" au capitaine et le sauvetage s'opère facilement. Ouf! l'équipage est soulagé!

Au palmarès des objets qui tombent le plus dans l'eau on citera les pinces à linges, puis les casquettes et les doudous. C'est à chaque fois une mobilisation générale de l'équipage pour effectuer des sauvetages plus ou moins réussis.

C'est donc à l'est de l'île de St-Kitt's que nous nous arrêterons en rejoignant ainsi l'équipage de Standbyme (Martin, Sophie et Clémentine). Nous les avions déjà rencontré l'an passé à Gibraltar, puis Lanzarote et aux BVI's. Nous naviguerons côte à côte ensemble jusqu'en Guadeloupe.

La presqu'île à l'est de St-Kitt's est l'objet d'un projet immobilier phraraonique avec création de golf, marina, résidences et villas de luxe. Nous sommes reçu par le responsable du développement de la future marina dans un magnifique pavillon dominant le lagon intérieur. De grosses machines sont en train de draguer le lagon pour évacuer la vase et ainsi accueillir d'ici 5 ans des super-yachts... Pour l'instant, il n'y a quasi rien à part le magnifique bureau d'accueil, une belle maquette et de superbes photos-montage.

Mais une bonne partie des villas de luxe est déjà vendue, car comme cela est précisé dans la brochure de présentation, on peut devenir citoyen et obtenir le passeport de St-Kitt's sans même avoir besoin de se rendre sur place ou d'y résider. Dans ce cas-ci, la seule exigence est de devenir acheteur d'un objet immobilier d'une valeur d'au moins 500'000 dollars US. Après quoi, moyennant les services d'un agent, on vous envoie le passeport à votre domicile actuel dans un délai de 12 semaines!!! Il est précisé dans le dépliant, petit détail, qu'il n'y a pas d'impôt sur la fortune, ni sur le revenu dans ce pays. On va y réfléchir...

Nous profitons du magnifique club-house du futur golf complétement désert pour aller se désaltérer.

La période cyclonique approche et des épaves spectaculairement échouées sont là pour nous le rappeler. C'est pourquoi nous faisons route au sud sans trop musarder.

Autre petit rappel du passage des cyclones! A cacher aux investisseurs potentiels.

Barque de pêcheur au nom évocateur au seul ponton de l'unique petite ville de l'île ciculaire de Nevis, avec le volcan en arrière-plan. Ces îles sont d'anciennes colonies britanniques devenues indépendantes en 1983. Depuis lors, fini les subventions et les rentes, c'est pourquoi le niveau de vie des habitants est très modeste. Le tourisme est encore très peu développé en comparaison à d'autres îles plus au nord. Par contre, grâce aux volcans qui accrochent les nuages et créent des précipitations abondantes, la végétation est luxuriante et tout le monde à de quoi se nourrir.

Le supermarché principal de l'île, où il n'y a pas de quoi remplir un caddie. Beaucoup de produits se vendent directement dans la rue ou au marché. Un flamboyant au premier plan dans toute sa splendeur.

Beaux bâtiments, témoignage du passé colonial britannique.

Une des plus ancienne résidence de planteurs de cannes à sucre, transformée en agréable maison d'hôtes.

Un autre type d'habitation, un peu moins chic, mais typique des maisons de Nevis.

Le sommet du volcan apparaît dans les nuages, malheureusement nous ne trouverons aucun sentier menant à son sommet. Comme chaque fois que l'on voit une montagne, on ne peut s'empêcher de la gravir. Mais cette fois-ci nous devons y renoncer, tellement la forêt est dense.

Une particularité de St-Kitt's and Nevis est la présence de nombreux singes qui ont été importés par les colons français au 17ème siècle. Nous en voyons beaucoup, la forêt est à eux.

La saison des mangues bat son plein et les singes, appelés "vervets" ou "green monkeys" en raffolent. Nous aussi!

Vestiges d'un moulin et d'une raffinerie de cannes à sucre.

  

Tout est laissé tel quel à l'air libre ou posé sur quelques socles. Il y a tant de vestiges que cela pourrait être un intéressant musée de plein air, mais rien n'en est fait et on n'y croise personne à part des troupeaux de chèvres.

Belles vues sur les volcans et les dépendances de la plantation.

Le moulin est encore bien conservé.

Les clearances douanières: C'est tout un poème... Moins le pays est développé, plus les formalités sont compliquées et coûteuses, multipliant les formulaires à remplir. Les fonctionnaires se prennent très au sérieux et arborent fièrement leurs galons et autres écussons. Heureusement avec nos trois petites têtes blondes s'impatientant vite, ne sachant pas rester en place et garder le silence, la glace est souvent rompue. Sauf quand l'employé est dépourvu d'humour et qu'on le voit fulminer comme ce fut le cas ici à Nevis. D'où la petite photo souvenir....

Départ de Nevis dans une bonne brise, passage au large de l'îlot de Redonda où en 1855 une mine de phosphate fut exploitée. La même année, un  habitant de l'île de Montserrat annexa ce territoire qu'aucun Etat n'avait encore jamais revendiqué et y nomma son fils unique "Roi de Redonda". Le mythe de ce royaume perdura jusqu'à nos jours au travers d'une confrérie, mais maintenant cet îlot rocheux de 2 km2 n'est plus peuplé que par des oiseaux et est devenu une dépendance d'Antigua. le vent soufflant trop fort, nous ne pourrons nous y arrêter.

Nous sommes époustouflés par le spectacle saisissant des champs de lave du volcan de l'île de Montserrat, la Soufrière de Galway, qui est toujours en activité.  Lorsque les nuages se dissipent on observe loin à la ronde un imposant panache de fumée qui s'échappe du cratère (voir page sur Antigua).

Une zone d'exclusion maritime de 2 miles est toujours en vigueur autour de la moitié sud de l'île nous empêchant de nous approcher trop près. mais l'on peut voir les gigantesques blocs, plus grands que des maisons, qui ont été éjectés et entrainés dans des coulées pyroclastiques à partir d'avril 1996 jusqu'à nos jours.

En août 1997 de très fortes explosions éruptives projetèrent des quantités importantes de cendres jusqu'à plus de 10'000 mètres d'altitude. Elles firent de nombreuses victimes (près de160 personnes) et dévastèrent tout le sud de l'île en recouvrant la capitale Plymouth et l'aéroport d'un épais manteau de cendres. Protégé par le cône d'un 2ème volcan, seul le nord de l'île fut épargné.

Sur les 12'000 habitants d'alors, seules 4500 personnes restèrent et se réfugièrent au nord. Les autres émigrèrent sur les îles avoisinantes. Comme si cela n'était pas suffisant, l'ouragan Georges une année après, en 1998, acheva de ravager l'île. Cette île tourmentée par les catastrophes naturelles essaie tant bien que mal de s'en sortir avec ses maigres ressources. Toutefois, régulièrement les autorités déclenchent des altertes en fonction de l'activité du volcan. Autant dire que le niveau de vie et l'économie de cette colonie britannique autonome est des plus modeste.

$

Nous effectuons une superbe traversée en direction de la Guadeloupe, quasiment bord à bord avec nos amis de Stanbyme, à une allure de 8 à 10 noeuds.

Arrivée dans la baie de la paisible bourgade de Deshaies au nord ouest de la Guadeloupe. Nous emmenons les enfants déguster les magnifiques glaces maison à la noix de coco d'un charmant petit resto.

Visite du fameux jardin botanique de Deshaies dans le parc de l'ancienne résidence de Coluche que voici. 

Les racines de ce bel arbre, le Ceiba, sont encore plus amusants qu'une place de jeux. Le Ceiba est l'arbre emblêmatique du Nicaragua. Il fournit une fibre imputrescible et flottante, le Kopak, très utilisé dans le milieu maritime, notamment comme rembourrage des gilets et autes engins de sauvetages ainsi que dans certains coussins à bord des bateaux.

La rose de porcelaine si brillante et si ferme qu'on en dirait presque une fausse.

Les loriquets, des petits perroquets peu farouches et très goumands qui viennent s'abreuver du nectar qu'on leur tend dans de petits gobelets.

On vous disait qu'ils sont peu farouches!

"L'histoire d'un mec"... Coluche avait l'habitude de venir siroter son Ti-punch au coucher du soleil sur une plateforme montée sur cet arbre.

L'immense plage de Grande Anse bordée de raisiniers et de cocotiers, au nord de Deshaies. Il n'y a presque personne en cette fin de saison. La visibilité n'est pas très bonne à cause de l'humidité et des vents de sable venus du Sahara.

Quel bonheur de courir sur ces longues plages.

Le temps est très humide et les grains, parfois violents, assez nombreux. On quitte la Guadeloupe pour l'archipel des Saintes avec une belle vue sur le point culminant: le volcan de la Soufrière. Quasiment chaque volcan important sur les îles des Petites Antilles s'appelle la Soufrière! C'est ainsi plus facile pour s'en rappeler que ceux de nos sommets alpins. 

Ce matin c'est l'atelier technique pour les enfants qui sont très concentrés en démontant notre vieille radio que l'on remplace.

Arrivée dans la baie des Saintes où l'on nagera à nouveau avec les deux dauphins, une mère et son petit qui sont là depuis 10 mois.

Promenade jusqu'au sommet du Chameau d'où la vue sur la baie est spectaculaire. Nos petits commencent à avoir de bons mollets avec toutes ces montagnes et ces volcans.

Vue sur l'ilet Cabrit peuplé par des poules, des chats, des chèvres et un ermite-potier.

Nous retrouvons avec plaisir le bateau Kapuera qu'on avait rencontré à St-Martin deux mois auparavant. Ensemble nous allons descendre sur la Martinique en faisant escale en Dominique.

 

2013 mai St Kitts-Nevis-Montserrat -Guadeloupe
© 2017