oniva.ch

Antigua (mars 2013)

Les sites stratégiques d'English Harbour et de Falmouth Harbour, au sud de l'île, sont des abris naturels qui devinrent les bastions de la flotte anglaise menée tour-à-tour par l'amiral Rodney puis dès 1784 par le célèbre Nelson. Ainsi protégés, ils pouvaient contrôler la zone maritime antillaise des "West-Indies".

  

Les pilliers du chemin de halage ainsi que les bâtiments de l'ancien arsenal forme un ensemble architectural  très bien restauré, et on a l'impression de se retrouver au 18ème siècle en Grande-Bretagne.

                         

                    Les canons du site historique de Nelson Dockyards sont une belle aire de jeux.

  

C'est dans ces endroits chargés d'histoire, qu'a lieu chaque année au début avril la célèbre "Antigua Sailing Week". Une des plus prestigieuse course de voiliers au monde, où se cotoyent pendant une semaine de régattes, les plus belles unités modernes ou d'époque.

Jamais nous n'avons vu autant de bateaux de milliardaires réunis en un seul endroit. Ci-dessus, le fameux "Falcon Maltese", à la voilure très élaborée et toute automatique, qui est à vendre pour 200 millions d'Euros! Avis aux amateurs. Et à côté , en arrière-plan de Nils et Estelle, le plus grand catamaran à voile du monde, l'"Hémisphère" qui appartient au patron de Virgin, Richard Branson. 

  

Viennent encore le "A", ressemblant à un sous-marin, qui appartient à un richissime homme d'affaire russe et qui a été dessiné par le fameux designer Philippe Stark. On se demande s'il n'aurait pas mieux fait d'en rester à dessiner des chaises ou des cafetières! Ainsi qu'une multitude de voiliers avec tous les gadjets innimaginables tels qu'hélicoptères ou sous-marins arborés fièrement sur leurs ponts.

                         

Le soir la rade s'illumine d'une véritable spectacle de lumière éclairant les mâts et les ponts de toutes les couleurs.

  

Mais revenons sur terre en faisant une sympathique soirée crêpe à bord de Wennig, le bateau de nos amis. Erwan, breton pure souche est aux fourneaux.

  

Notre petit diablotin qui sait parfois se montrer très attentionné avec son petit frère.

  

Visite à St-John, capitale d'Antigua, où le contraste avec la richesse d'English Harbour est quelque peu surprenant. Ici c'est les rues sales aux maisons colorées, avec des reliquats de trottoirs, du bruit, de la pollution des voitures mal réglées... ça faisait longtemps que l'on n'avait plus senti les odeurs de gaz d'échappement.

En lisant le journal local, on apprend même que le gouvernement a décidé de faire un sondage auprès de la population locale pour évaluer leur degré de malnutrition et le nombre de jour sans nourriture! Il est vrai qu'Antigua est l'île la plus sèche que nous ayons visité jusqu'à présent, ici pas de riches forêts tropicales ou de plantations abondantes. Cette île, comme d'ailleurs bien d'autres îles des Antilles, fait se cotoyer deux sociétés bien différentes, d'une part celle du luxe et des vacances et d'autre part celle des locaux face à leur réalité quotidienne.

  

Cathédrale de St-John en rénovation et statue de V.C. Bird, père de cette jeune nation devenue indépendante de la couronne britannique en 1981.

  

L'autre facette de St-John, c'est l'Heritage Quai, zone free-taxe de boutiques de luxe où sont déversés par milliers les croisièristes de ces immenses paquebots.

                        

Comme nous ne trouvons pas de parcs publics où manger notre pic-nique, c'est finalement dans le vieux cimetière de la cathédrale qui nous nous restaurons en compagnie des équipages de Jad et Océanix. Là on n'est pas dérangé!

  

Une petite visite "pour faire plaisir à Maman", dans une "Herboristerie" locale tenue par une vieille chinoise.

Petit souvenir du dernier ouragan... on en verra une multitude de ces épaves échouées sur les récifs coraliens ou drossés contre les côtes. Cela nous confortera dans notre idée de sortir le bateau de l'eau très au sud, on espère hors de la trajectoire des ouragans à Grenade, pour l'été prochain. Ce qui nous permettra de revenir en visite en Suisse et de laisser Oniva tranquillement sur un terre-plein au milieu d'une forêt entre deux collines. 

  

Quelques jours forts sympathiques à Green Island, où l'on retrouve les équipages des autres bateaux sur la plage à l'heure de l'apéro pendant que les enfants jouent ensemble.

                                

  

La Maman et ses petits canetons s'en vont à la plage depuis le bateau. Le soleil étant très fort, on "sort" couverts. Pendant ce temps le Papa en profite pour aller nettoyer le film biologique qui s'installe sur la coque après plusieurs semaines avec une bouteille de plongée.

  

Nils en son petit copain Jean-Camille font le tour du mouillage. Et nous voilà à nouveau au coucher du soleil sur la plage avec les autres copains.

  

Soirée d'aurevoir à ceux qui avancent plus vite que nous. Eh oui! On ose aller à 25 dans une pizzeria!  

  

Au revoir Varatraza (famille lyonnaise avec 4 enfants) se dirigeant vers Cuba et à plus tard peut-être Océanix (famille vivant en Corse avec 3 enfants) allant directement à St-Martin. 

  

Et c'est avec Jad (famille belge avec 2 enfants) que l'on continue un bout de mer ensemble.

  

Côte ouest d'Antigua aux eaux incroyablement turquoises à cause du sable blanc corailien en suspension. Au loin le bateau Jad et le volcan de l'île de Montserrat toujours actif avec son panache de fumée.

  

                   

Long island, au nord d'Antigua, île de multimillionaires privée et où des gardes nous autorisent juste à rester sur la plage sans faire de photos des maisons luxueuses ou de leurs occupants, mais pas plus!

    

Contraste entre résidences de rêve avec piscines à débordement, et dans une baie un peu plus loin, maison des locaux qui sont même parfois plus petites que leur voitures, quand ils en ont une! 

                                   

                                                Impressionnant baobab!

 

2013 mars Antigua
© 2017