oniva.ch

Barbuda (mars 2013)

                  

Arrivée à l'île de Barbuda qui se trouve 22 miles au nord d'Antigua. Elle fait partie de l'état d'Antigua, mais elle est très peu peuplée (1500 habitants pour 160 km2) et ils habitent presque tous dans l'unique village de Codrington. C'est une île très plate et comme il n'y a "presque" rien à part des immenses plages de sables blancs, un lagon et une colonie de frégate (grands oiseaux marins) dans la mangrove, cette île reste à l'écart des circuits touristiques ou des navigateurs.

   

A perte de vue des plages désertes de sable blanc ou légèrement rosé à cause des coquillages. On a une impression de bout du monde, ce qui nous plaît beaucoup.

  

   

Les crabes sont très curieux et parfois même peu farouches avec leur unique grande pince blanche sur le côté gauche. Vol de pélicans chassant et plongeant au coucher du soleil en nous offrant un beau spectacle. Ils se laissent tomber à toute vitesse faisant un grand splash dans l'eau.

Le climat est tellement agréable, avec un alizé soufflant régulièrement entre 10 et 15 noeuds, qu'on se baigne souvent jusqu'au coucher du soleil. Le début de l'année aux Antilles était nettement plus perturbé et venteux.

  

Promenade de fin de journée avec nos chers amis de Jad sur les belles plages désertes.

                  

                                                      "No comment...."

  

Encore des plages, mais l'endroit est tellement superbe qu'on n'a pas pu s'empêcher de vous en remettre!

                    

          Notre "flotille" de 2 catas face à l'immense plage et suffisament protégée de la houle.

  

Une colonie de 5000 frégates, grands oiseaux marins pouvant atteindre jusqu'à 2 mètres d'envergure. Ils nichent dans la mangrove au nord du lagon, dont les hauts fonds nous donnerons du "fil à retorde" en y allant avec nos annexes.

Les enfants jouent tranquillement dans le carré avec Louis.

  

A Codrington avec nos amis de Jad, nous avons acheté à un pêcheur revenant au ponton avec sa barque, devinez-quoi? Une vingtaine de langoustes, pas très grandes certes, mais que pour 50 dollars US! Comme c'est une première pour nous, Huaras a bien fait rire nos amis en s'équipant d'une veste Goretex pour se protéger au cas où elles ressortiraient de la casserole d'eau bouillante! On en a mangé pendant 3 jours...

                 

  

                                

Sur la photo ça a l'air paisible, mais attention débarquer de l'annexe est parfois périlleux et l'on doit bien choisir son moment entre deux vagues. Si bien qu'à deux reprises sous débarquerons en maillot de bains avec les habits dans un sac étanche pour ensuite tirer l'annexe de l'autre côté de la dune pour la remettre à l'eau dans le lagon et rejoindre ainsi Codrington où se font les formalités douanières.

  

Colibri butinant un tamarin.                               Estelle et sa "grande" copine Emilie.

  

Visite de Codrington pour aller faire les formalités. En passant on voit une pharmacie que je ne peux m'empêcher de photographier. Elle ne rempli certainement pas tous les critères ISO, mais enfin il y en a une c'est déjà ça.

  

Quand au bureau de douane, là non plus on ne peut pas lui attribuer ledit label. D'autant plus que nous avions vraiment l'impression de déranger le fonctionnaire à demi-assoupi devant son écran et assis sur 3 chaises empilées pour être à niveau avec sa table. (traduction: customs= douane! à ne pas confondre avec costume...de carnaval).

Et voilà départ matinal pour une traversée de 60 miles en direction de St-Barth.

  

2013 mars Barbuda
© 2017