oniva.ch

2013 sept.-oct. Les USA en camping-car (suite)

Décidemment dans le désert il pousse de drôles de champignons. On est sur la route menant à Lee's Ferry, un des lieux d'embarquement pour la descente du Colorado en raft. Cela nous fait très envie.

Et de bien curieux animaux aussi.

Barrage sur le Colorado formant le lac Powell, un lieu d'activités nautiques très apprécié.

Camping sur la plage au bord du lac Powell. Notre immense camping-car à nos yeux d'Européen, paraît bien modeste en comparaison de certains.

On fait la connaissance de Janet et Ed, qui nous seront d'un grand secours. En effet, ne connaissant pas les lieux et sous-estimant la profondeur du sable, le poids de notre véhicule (6.5 tonnes à vide!) nous ensable en rentrant d'une pizzeria de nuit. Un peu en pente et ne pouvant plus ni avancer ni reculer, nous passerons la nuit à la gite (= penché) digne d'un monocoque..., à la différence que le véhicule ce soir-là ne bouge pas. Pas de houle en vue au lac Powell.

Au petit matin, frais et dispos comme après une nuit de nav', Huaras va demander à nos voisins qui possèdent de magnifiques jouets s'ils n'auraient pas envie d'aider une petite famille suisse bien mal prise. Ni une ni deux, Ed (75 ans) se dresse dans ses bottes de cowboy (il possède un ranch en Arizona), fait chauffer les 6'500cm3 des huit cylindres de son gros pick-up 4 x 4 rouge vif et nous tire de ce mauvais pas.

Ed explique la manoeuvre à Huaras qui essaye de donner son avis, mais très vite Ed dit: "You do it my way or you are on your own", ça ne plaisante pas dans l'ouest. Ensuite on veut le dédommager, mais il refuse et ajoute avec un clin d'oeil. " a 12-pack of Coors will do" (ndlr: Coors = marque de bière fameuse), alors on le prend au mot et on revient tout fier avec le-dit pack, plus deux plaques de chocolat suisse qui nous restent.

Ensuite, nous passons une agréable journée à la plage, ça faisait longtemps... Les petits n'en demandent pas plus et cela nous change des derniers jours où il gelait presque.

  

 

Antelope Canyon, près de la ville de Page, ou le paradis du photographe. C'est un canyon formé dans le sandstone (rocher sabloneux) par les crues. C'est superbe, mais ça appartient aux indiens Navajos, qui ne se gènent pas pour taxer le touriste. Mais malgré tout, cela vaut la visite.

Camping en territoire Navajo.

Même les enfants sont éblouis par la vue au soleil couchant sur Monument Valley. Ils imaginent des indiens, des chevaux et des tipis.

Veuillez nous excusez si on en met trop, mais c'est vraiment spectaculaire.

Mexican Hat (= chapeau) autre symbole typique de la région.

Une jeune pionnière en route pour l'ouest, sans doute un bel avenir l'attend.

Reconstitution d'une maison typique des indiens Navajo. La Navajo Nation est la communauté indienne qui possède le plus grand territoire aux Etats-Unis. Elle a une gestion autonome de ses ressources et son propre gouvernement.

Camping dans un canyon le long du Colorado, en amont de Moab, la Mecque pour le VTT et la rando. On y resterait bien plus longtemps. Le soir il fait encore 27°C et très peu d'humidité, ce qui en fait un climat très agréable.

Les enfants débordent d'énergie et on en profite pour les fatiguer un peu en faisant de longues promenades.

Mais bonjour Estelle!

ça c'est le résultat le soir après la longue promenade pour le plus grand bonheur des parents qui savourent enfin un peu de tranquillité.

Après la chaleur du désert, on a même la neige sur le chemin du retour en traversant les Rocheuses pour retourner à Denver. Ca faisait un an et demi qu'on ne l'avait plus vu tomber. On est tout fou, mais on n'est pas du tout équipé. Alors on se gèle les doigts pour réussir à faire quand même un petit bonhomme de neige. Il a l'air tellement sympatique qu'on décide de le prendre avec nous dans le camping-car. 

Petite devinette de la part de Nils: " En combien de temps va-t-il fondre?"

La réponse est: 2 heures. C'est Nils qui a gagné le pari.

Brr... on se réchauffe avec un grand feu, il ne fait que quelques degrés. Cette fois-ci on mangera dedans.

Quand je disait un grand feu... chez les Gauthey c'est un des passe-temps de prédilection. On en profite, car sous les tropiques on est un peu moins motivés, surtout les parents.

Voici une ancienne mine d'or le long de la rivière de Clear Creek qui descend en direction de Denver. On visite un musée très pittoresque sur la ruée vers l'or qu'il y a eu dans cette région.

Le ciel se dégage et les Rocheuses apparaissent avec un magnifique manteau de neige. Tim voudrait tant qu'on y retourne pour faire de la luge. On espère que cette idée va vite lui passer, car on n'est pas vraiment partis pour en faire de sitôt.

Et voilà le 29 septembre venu notre cher Nils fête ses ans, l'âge de raison qu'on dit. On va voir si c'est vrai durant cette prochaine année.

La boucle est terminée. Un mois en camping-car dans cette région fabuleuse avec tant de paysages variés, de curiosités naturelles, de gens avenants et d'animaux sauvages. Nous avons fait le plein d'images et de paysages, de quoi occuper nos esprits lors des longues traversées en mer qui se profilent.

Depuis Denver on prend l'avion pour San Antonio au Texas, où le frère d'André, le Papa de Delphine habite depuis très longtemps.

C'est autour d'un beau repas chez Leila, la cousine de Delphine, qu'ont lieu les retrouvailles avec toute la famille américaine. De gauche à droite: Robert, le mari de Leila; Gérard, le mari de Corina; Hannah, la fille aîné de Leila; Kathy et François, la tante et l'oncle de Delphine; Leila et Corina, les cousines de Delphine.

C'est l'occasion aussi pour nos enfants faire connaissance avec leurs petits-cousins d'outre-Atlantique: Sofia, la fille de Leila et Robert; Benjamin et Madeleine, les enfants de Corina et Gérard. 

François nous invite tous à souper à son beau restaurant: Le Crumpet's. Il est situé ä San Antonio dans un très joli cadre ombragé avec une charmante terrasse et une petite rivière traversant la propriété.

Ce matin on reste tranquillement à lire un livre sur les dinosaures dans la maison de François et Kathy à la fraîcheur de l'air conditionné.

Puis voici qu'à midi François rapporte un raton-laveur pris dans une trappe au restaurant. Il en attrape souvent, le record est de 28 en un mois. Ces derniers pouvant faire beaucoup de dégâts et de saletés au restaurant. Il l'a ramené aux enfants qui sont très interessés de voir un si joli animal. Cet après-midi on ira le libérer dans un grand parc public près du zoo. A peine on aura ouvert la trappe, qu'il grimpera tout au sommet d'un arbre.

Un après-midi on roule 2 heures à l'ouest de la ville pour aller voir une des plus grande colonie de chauve-souris du Texas qui se trouve dans une profonde grotte qui s'ouvre par un trou à la surface du sol.  C'est avec un bus de 50 places affrété juste pour nous, que notre guide nous y conduit. Lorsqu'il nous dit que cette colonie compte environ 3,8 millions de chauve-souris, on écarquille les yeux avec un air inquiet. Vont-elles nous rentrer dedans ou se prendre dans nos cheveux lorsqu'elles vont sortir? Il nous rassure. Mais Tim et Estelle sont un peu appeurés et méfiants.

Pendant plus de deux heures on assiste à un spectacle extraordinaire. Au moment du coucher du soleil l'air se met à frémir et un nuage continu tourbillonnant sort du gouffre sans un son, des dizaines et des dizaines de milliers de chauve-souris s'envolent dans le ciel formant des nuages. Attention les moustiques, vous n'allez pas faire long feu car ces petites bêtes ont très faim!

Le nuage est si dense que c'est à peine si l'on voit l'autre côté du gouffre. C'est un spectacle tellement extraordinaire qui nous laisse admiratif devant le vol sans répit de ces animaux. En effet, chaque nuit cela recommence et elles ingèrent plus d'une fois leur poids en insectes à chaque sortie. Certaines peuvent même parcourir plus de 200km en une nuit.

Mmm, on se régale des bons plats que François nous apporte du restaurant. Mais voyons Tim ne fais pas cette grimace.

Ah! Voilà, là tu es plus mignon.

Le dessert favori de Delphine, le Crumpet's Delight. Apparemment les garçons ont aussi l'air de l'apprécier.

Ca c'est Louise qui est très bavarde, elle parle en anglais et elle imite beaucoup de bruits familiers.

Dans la nouvelle maison de Corina.

Benjamin, un petit garçon très éveillé sur les genoux de sa grand-maman.

Au zoo de San Antonio on peut même coiffer les chèvres et elles adorent ça.

                              

                                                    Good Bye America!

Après une escale à Denver pour récupérer des bagages, on décolle de Miami pour Grenade. Ainsi s'achève notre séjour terrestre en Suisse et aux USA de 3 mois pour éviter la période cyclonique aux Antilles. On a été ravis de revoir la famille, les amis, notre pays et de visiter l'ouest américain. Mais après 3 mois on se réjouit de retourner à la maison, c'est-à-dire sur Oniva, notre catamaran laissé à Grenade.

Cela nous fait tout drôle d'avoir le sentiment de rentrer chez soi, alors qu'on se dirige vers les Antilles. Les enfants parlent avec excitation des jouets et des livres qu'ils vont retrouver. Pour eux tout semble très simple. Ils se réjouissent beaucoup. Huaras et moi aussi, mais on a tout de même un peu d'appréhension à reprendre la vie sur l'eau. C'est une vie tranquille et simple, mais avec d'autres difficultés et moins de sécurité qu'à terre. On espère que notre envie de voyager en bateau ne sera pas altérée. On a l'impression que maintenant on est vraiment parti très loin de la Suisse et que de grands horizons inconnus s'ouvrent à nous.

 

2013 sept.-oct. Les USA en camping-car (suite)
© 2017