oniva.ch

Le bateau

Le bateau est un catamaran de Fountaine-Pajot de 13.10m de long sur 7.35m de large, un Orana 44 de 2009, acheté d'occasion en 2011 après une saison à l'eau.

Il a été choisi pour son excellent rapport confort-performances pour notre programme, soit une grande croisière par les alizés avec trois enfants en bas âge.

             

C'est un bateau assez joli dans ses formes pour un catamaran et surtout le mieux approprié dans cette longueur et cet ordre de prix pour un tel programme grâce à sa casquette bien recouvrante et son cockpit protégé du la pluie et du soleil, ainsi qu'un carré très spacieux et lumineux avec vue sur 360 degrés.

Monocoque ou catamaran? Avant de faire un choix, il faut bien connaître ses besoins. Un grand voyage, c'est 10-15 % de navigation et le reste au mouillage. Il est certes indispensable de survivre ces 15 %, mais tout aussi important dans le cas d'une famille composée de trois enfants entre 3 et 6 ans au départ, d'être au mieux lors des 85-90 % restants! Combien de familles se cuisent sous les tropiques dans des bateaux en métal aux cockpits étriqués pour ne pas faire mentir l'adage de Moitessier qu'en mer "trop fort n'a jamais manqué." Certes, un catamaran de grande série est moins solide qu'un quillard en acier. Cela nécessite de contrôler deux fois les fichiers météo avant de partir. Cela peut paraître contraignant mais de toute façon, personne n'aime se retrouver dans du mauvais temps, quelque soit le type de bateau. Enfin, aucun membre de la famille ne souffrant de la phobie du container semi-submergé, le choix du bateau confortable l'emporte haut la main sur le bateau en métal conçu pour les hautes latitudes qu'il ne verra toute façon jamais...

Par conséquent, un catamaran à voile, c'est avant tout une plateforme de vie pour un grand voyage. 

Un grand voyage c'est, par définition, une période assez longue où tous les membres de la famille doivent se sentir bien, avoir assez d'espace vital pour ne pas vouloir écourter le-dit voyage.

D'aucuns apprécient de manger des sandwichs en navigation par 40 degrés de gite dans un monocoque. Si cela peut être très sympa lors d'une compétition entre trois bouées, un grand voyage est d'une toute autre nature. Les tours en Legos de Nils et Tim doivent rester entières jusqu'à force 6. C'est le standard que nous nous sommes fixé.

De plus, nous adorons naviguer. Spécialement effectuer des longues traversées de plusieurs jours. A contrario au mouillage, nous n'apprécions guère nous faire rouler plus que de raison. Lorsque l'on ne navigue pas, on aime se sentir "arrêté."

Enfin, par vent arrière (notre allure de prédilection), l'aspect métronome d'un monocoque ne nous attire pas. Notre précédent bateau ayant été un (très) petit dériveur intégral, nous ne voulions plus à nouveau être roulé en permanence comme dans une essoreuse comme c'était le cas sur Globulle (un Blue-Djinn de 6 mètres).

La carène de l'Orana est bien dessinée et avance sous Code-D (voile de petit temps) dès 7 noeuds de vent réel à une vitesse de 3.5 noeuds. Pourtant, il est nécessaire de prier Eole pour au minimum 10 noeuds vent à 60 degrés ou plus du cap pour voir ce bateau réellement se mettre en route à 5 ou 6 noeuds, chargé tel qu'il est par plus de trois tonnes de matériel divers. Après, dès force 5, le bateau peut dépasser allègrement les 8 noeuds, voir 9 ou plus suivant la direction du vent.

Bref, des performances honnêtes pour un confort réellement au dessus de la moyenne grâce à son cockpit bien protégé de la pluie et du soleil par une casquette rigide très appréciée et son carré bien pensé. Ces éléments sont pour nous prioritaires pour passer encore plusieurs années dans le Pacifique sud poussés les alizés avec à bord trois jeunes enfants.

Pour la petite histoire: vitesse de pointe atteinte à ce jour:  15.9 nds. 

Petit bilan après plus de 4 années de navigation:

Pour l'instant, après plus de 4 années d'utilisation intensive, le bilan est très positif et nous ne regrettons pas notre choix de l'Orana. Pas à se soucier en permanence d'ailerons genre Catana ou Outremer. Confort supérieur aux Frédys. Ligne plus agréable et poids inférieur aux Lagoon.

Je m'attendais à de nombreuses pannes diverses et variées comme la plupart de nos bateaux-copains rencontrés sur des bateaux de chantiers forts différents (Lagoon, Freydis, Allures Yachts, Beneteau, Nautitec, etc...). Or, il n'en n'est rien. Nous n'avons rien cassé de crucial après 25000 miles parcourus.

La seule panne a été la génératrice Mase (9kw) qui a grillé un condensateur difficile à trouver aux Antilles.

De plus, lors de notre traversée mouvementée et longue entre les Galapagos et les îles Marquises, le galhauban tribord a donné des signes de faiblesse de sorte qu'il a fallu sécuriser le mat durant une bonne partie de la traversée de trois semaines... Tout c'est pourtant bien passé et le service après-vente de Fountaine-Pajot s'est révélé efficace. Cela est assez rare pour être mentionné! A l'arrivée aux Marquises, un gros paquet contenant une paire de galhaubans tout neufs nous attendait. Les changer (sur l'eau) a été un jeu d'enfants. Merci encore au chantier d'avoir réagit avec sérieux et efficacité. Une fois n'est pas couture.

       

 


Equipements:

2 pilotes automatiques (Furuno et Raymarine) pour la sécurité d'une navigation en famille.

1 Génératrice Mase 9KW.

1 compresseur de plongeur Bauer Junior 2 (pour se balader avec les poissons-copains, débloquer l'ancre des patates de corail à de multiples occasions et caréner dans de meilleures conditions).

400 watts de panneaux solaires rigides sur support dédié en fin de casquette et 200 watts de panneaux semi-souples collés à même le roof. Ces 600 watts couvrent toute notre consommation électrique lors d'un jour ensoleillé.

                             

1 Déssalinisateur  de 200 lt/h fonctionnant par courroie couplée au moteur babord. Vive l'autonomie en eau. En plus, elle a bon goût!

1 Machine à laver. Fonctionne en pleine journée grâce aux panneaux solaires avec de l'eau à 30 degrés . L'après-midi suffit pour recharger les batteries.

1 Chauffage Eberspächer à radiateurs dans toutes les cabines, pour sécher l'intérieur lorsque l'humidité s'installe... option coûteuse que nous avons installée au départ de notre voyage dans l'idée d'aller hiverner en Nouvelle-Zélande. 

1 climatisation dans le carré

Notre bateau était un 4 cabines. Celle avant-tribord a été transformée en cambuse très pratique. 

                              

1 Micro-ondes. Mieux qu'à la maison où l'on en avait pas. Mieux vaut tard...

1 Réfrigérateur

1 Congélateur

1 Traceur Raymarine C-80 à la barre à roue

 

1 Récepteur AIS couplé au traceur Raymarine à la barre à roue

2 I-pads avec cartographie mondiale Navionics

1 Ordinateur équipé d'OpenCPN en back-up

1 Radar Furuno

1 Survie 10 places

1 Semi-rigide Platimo 3.10m équipé d'un moteur HB 4-stroke 15 HP Yamaha

                           

Pour les communications nous avons choisi un téléphone Iridium. Ce matériel n'est pas si cher que cela. Il est fiable et facile d'emploi. Avec le téléphone utilisé comme modem relié à nos ordinateurs, nous pouvons envoyer et recevoir des e-mails très facilement ainsi que télécharger les fichiers météo qui nou intéressent.

 

                            

Pour les mouillages à postes: deux ancres Spade.

La première est en acier, pèse 32 kg et sert comme ligne principale. Elle est raccordée à 70 mètres de chaîne de 10mm et 50 mètres de câblot. La seconde est en alu de 17 kg à poste à l'avant dans un second davier dédié placé lors de la préparation du bateau. On sait que les catamarans n'ont d'habitude pas deux ancres fixes! On s'en fiche. On aime avoir la possibilité de doubler la tenue du mouillage d'un coup d'oeil même si nous n'avons jamais dérapé avec notre Spade principale en presque 5 ans de mouillages. Ces ancres sont d'une efficacité redoutable et permettent de dormir tranquille.

 

Une ancre Fortress de 15 kg en réserve en vue d'un mouillage arrière éventuel ou pour rassurer la belle famille lors du passage d'un ouragan de catégorie 5 (genre Pam ou Winston!) lors de notre prochaine saison cyclonique dans le Pacifique :) 

 

                               

 

Le bateau
© 2017